14.12.10

L'EXPÉRIENCE DE LA VIE



L’expérience de la vie

Alors qu’on étudie, qu’on fait la lecture ou qu’on travaille sur soi; Qu’on visite les astres, les sciences ou les anges, la vie est… tout simplement.
Elle ondule telle une énergie omnisciente et omniprésente, prenant tantôt la forme d’un arbre, tantôt le nid et même les écureuils qui dorment en petite boule dedans. Et tout ça n’est peut être qu’une impression en vérité, car qui? Qui a personnellement vérifié comment dorment ces écureuils là? Mise à part le fait que vu le nombre qui y vit ainsi que la petitesse de l’endroit, je conviens que moi aussi c’est de cette façon que je dormirais si j’étais à leurs place!
Beaucoup de fois nous prenons ce genre de raccourci pour classer l’expérience des choses. Pour les placer à des endroits bien précis à l’intérieur de nous retrouvant ainsi un semblant d’équilibre. Et non seulement définissons-nous comme ça l’information, qu’il faille en plus l’étiqueter. Y ajouter une série de caractéristiques pour la confondre avec d’autres. Deux choses parfois totalement différentes se réunissent inopinément. Comme si tous les gens qui portent le même prénom avaient automatiquement les mêmes qualités. Quelques années plus tard, une de ces choses autrefois vraie devient subitement fausse et nous en somme choqués. Mais nous surclassons de nouveau l’expérience à un mauvais endroit. Notre cerveau aime la plénitude qu’offre l’information bien rangée même si la plupart du temps cela est erronée. Nous aimons vivre dans l’illusion et ainsi profiter d’un moment de répit, de confort… laissant les autres penser à notre place, calculer, explorer. Comme si pour nous vivre était si compliqué!
Pourtant la Vie s’exprime partout selon qu’on veuille bien s’arrêter. De toutes les façons, dans tous les endroits, en dedans ou en dehors de soi, elle est là, prête à nous révéler ce pour quoi nous cherchons aujourd’hui le sens. Alors que de la même exacte façon demain nous comprendrons encore, mais autrement, selon notre degré d’ouverture. Elle nous dit «Il n’y a rien à apprendre car tout est là déjà». Et quand nous persistons à vouloir l’abdiquer, elle trouve un autre chemin pour arriver jusqu’à nous.
L’expérience de la vie est l’ultime chose que nous les humains avons à transcender. Pourquoi cela est-il si difficile?
Lorsqu’on regarde bien cet arbre là-bas, qui ondule et se balance avec le vent. Lorsqu’on remarque combien ils s’apprécient mutuellement, lui, les pieds enracinés dans la terre et la cime qui danse, tout là-haut, dans le ciel, et l’autre, invisible, subtil, coquin, bien présent… Qu’y a-t-il d’autre pour eux que d’Être tout simplement? Et d’Exister finalement, grâce au rapport qu’ils ont ensemble, l’un sur l’autre?
La vie c’est de s’accepter soi-même pour ce qu’on est profondément. C’est d’apprécier la vraie nature des choses sans vouloir l’altérer… et de s’émerveiller devant le sacré qui se manifeste en chacun de nous en autant de façon magnifique.
Je vous souhaite à tous et toutes un heureux temps des fêtes.
Isabelle Pitre
Coach de Vie, Thérapeute Humaniste

Un vieux rêve

Mon plus vieux rêve d'enfance remonte à l'âge de 2 ans. Redondant, dans ce sens que je l'ai rêvé à plusieurs reprises, c...