Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2011

Nos amis les animaux...

Les animaux de compagnie ont une grande sensibilité. Ce sont des êtres vivants, des êtres subtils, au service de la conscience. Ils sont là pour nous. Que représentent-ils donc lorsqu'ils ne sont pas l'éponge que l'on presse pour en tirer le jus? Et bien, ils sont des accompagnateurs de vie, des indicateurs de douleurs, et même des messagers de ce que notre âme veut nous dire.
En vérité,les animaux n'ont rien à apprendre de nous. Ce qu'ils sont fondamentalement correspond à leur véritable nature. Un chien de chasse a les attributs nécessaires pour la poursuite du gibier, alors qu'un chat domestique, l'agilité et les ressources pour se débrouiller bon an, mal an, été comme hiver. En contrepartie, nous avons tout à apprendre d'eux. Leur loyauté envers nous est complète, dans le sens qu'ils font ce qu'on attend d'eux dans l'exacte mesure où c'est notre coeur qui parle. Car le langage de l'égo, ils ne connaissent pas.
Nos amis poilus n…

Le Reflet

Êtes-vous certain de vivre du bon côté?


Vous a-t-on déjà fait part d’un monde parallèle? Moi oui!
Un monde où, à l’exact moment où nous prenons une décision ou faisons une action quelconque, quelqu’un d’autre, en quelque part, identique à nous-mêmes prend aussi la même décision et fait la même action, et tout ça évidemment, au même moment!
De plus, n’a-t-on pas renchérie cette théorie en disant que ce monde parallèle, que personne ne semble avoir visité jusqu’à présent, se relie au nôtre par un, ou plusieurs vortex énergétiques semblables à ceux de la populaire série télé «La porte des étoiles». Oh la la...

Lorsqu’on y pense, c’est inquiétant. Il y a toujours dans ces légendes une part de mystère et de vérité qui vient ébranler un peu ce que nous sommes. L’espace d’un instant, nous imaginons combien il serait drôle de voir quelqu’un, pareil à nous, en train de promener un chien, pareil au nôtre, au même endroit… au même moment, mais ailleurs.
Est-ce que cette personne pense comme mo…

Un Raffinement Conscient

Tout ce qui représente la vie nous relie en conscience. Nous sommes tous d’un même esprit. Toute beauté, toute vérité et toute sagesse vient du plus haut sentiment de ce que nous sommes; et il est bon pour nous d’apprendre à développer des niveaux de conscience plus élevés.
Puisque comme d’une pierre que nous polissons sans cesse, nous pouvons raffiner tout ce par quoi nous expérimentons la vie; nos sens s’épanouissent ainsi à l’infini. Le goût, l’odorat, l’ouïe, la vue, le toucher abondent vers la multiplicité si nous en cultivons l’intention. De cette manière, il nous est permis de voir avec les yeux de l’autre ou de sentir comme le plus fin limier.
Par delà notre vision linéaire, nous parvenons à observer d’une approche plus globale et flirtons quelque fois avec le subtil. Ce que nous qualifions d’invisible prend forme en nous, car sans regards, nous engendrons autre part et influençons différemment.
Lorsque nous jouons de finesse avec tout entendement, il nous est possible d’avoir…

Habiller sa vie...

Lorsqu'il n'y a plus de vie dans sa vie, c'est que nous sommes séparés de nous-mêmes. C'est qu'il est devenu trop douloureux d'habiter pleinement son corps qu'on en habite que des petits bouts. Pourtant, en laissant vide certaines parties de nous, c'est une aversion contre nous-même que nous développons; comme si nous ne pouvions nous aimer totalement... et nous demandons aux autres de le faire à notre place. C'est désolant car l'ignorance de ces parties provoque plutôt l'effet contraire; on a beau se placer les mains pour ne pas voir, elles deviennent malheureusement plus apparentes...

Comment peut-on rayonner quand la moitié de nous-même baigne dans les ténèbres... quand les conditionnements mentaux dont notre esprit est esclave nous gardent enchaînés à des mondes surfaciels. Des mondes que nous seuls créons.



Lorsqu'il n'y a plus de vie dans sa vie, c'est que nous avons en quelque sorte déserté notre place... sans savoir que pa…

Accompagner humainement

Nous pouvons facilement fausser la réalité de l'autre lorsque nous ne respectons pas son vécu. Certaines souffrances nous parraissent peut être démesurées à prime abord, mais, sans connaître le type de matériau dans lequel la blessure a été inscrite à l'origine, ou même en avoir une simple idée, la bienveillance envers autrui implique notre respect de sa réalité. Nous sommes garant uniquement de nous-mêmes... que de ça!

Ce que chacun de nous vivons a son importance. Tout n'est peut être pas à traiter avec urgence, mais chaque blessure demande pourtant la même attention, les mêmes soins. Pour ainsi transmuter une émotion désagréable en quelque chose de plus agréable, il ne nous suffit pas de répéter sans cesse un même mantra. Par exemple, lorsque je suis stressée, de me répéter intérieurement une phrase telle que :«Je suis calme», n'arrive résolument pas à éradiquer cette émotion en moi. Curieusement, elle revient souvent plus forte que la fois précédente. Comment puis-…

La non-permanence des choses

La non-permanence des choses

La notion de désir incite les hommes à s’attacher désespérément aux choses de ce monde comme à toute chose. Cet attachement peut être de l’ordre matériel comme on s’attache à sa voiture, à sa maison, ou de manière plus abstraite, comme on s’attache à son conjoint ou à ses enfants. D’emblée, nous allons jusqu’à nous attacher à des souvenirs du passé, à des maux, et même des maladies. Nous pratiquons ces actes dans le but de saisir et faire en sorte qu’un sentiment d’appartenance émerge de nous. Ceci est à moi, et ça l’est en rapport à toi. Notre attachement aux choses passe par divers degrés et notre désir de posséder, de s’accrocher à ce que nous avons acquis, amassé ou édifié tout au long de la vie nous sépare encore une fois de la Conscience. Curieusement, ce n’est qu’au moment de rendre l’âme que nous sommes dans l’obligation de nous en séparer. Nous avons besoin de demeurer individuel et pourtant, à force de l’être, nous nous sentons seul. Est-ce bien l…

ACCEPTER

Lorsque nous ignorons une blessure profonde, nous créons une dualité entre ce que nous sommes et ce que nous aspirons à être. Lorsque nous refoulons profondément, que nous camouflons la poussière dessous le tapis, tout en fesant comme si rien ne paraît, nous savons consciemment, qu'un jour ou l'autre il nous faudra faire face à ce qui est caché dessous. Ce qui est refoulé n'est pas neutralisé. Au bout d'un certain temps, la poussière que nous avons dissimulée sous le tapis a pris une tout autre forme peut être, et nous avons peur de confronter cette réalité qui demeure présente malgré notre ignorance. Comment pouvons-nous ne pas voir, alors qu'après un temps, la bosse sous le tapis est devenue si immense qu'elle nous bloque l'accès de la porte d'entrée?

Les choses ignorées restent présentes. Elles sont là, et elles continuent d'agir à l'encontre de ce que nous souhaitons pour nous-mêmes. De ce fait, nous devenons experts dans l'auto-sabotage,…

Paroles sages

Si tu désires voir, alors crois.
Crois que tout est possible et que tout est vrai.
Pars a la découverte de ce qui t'est inconnu et explore le avec discernement et attention.
Emerveille toi devant ce qui est simple et trouve la grandeur dans ce qui est petit.
Donne toi le droit d'être ceci ou cela; Ose la Vie!

Tout te parle si tu sais écouter,
Et partout est la beauté si tu sais voir.
Alors garde tes pensées pures et bonnes car elles préparent la-haut ce qui sera tout en bas.

Isabelle Pitre Coach de Vie, Therapeute Humaniste

Réflexion

Vous êtes programmé pour être vous, peu importe ce que votre mental pense que vous êtes.

Sitôt que nous savons parler, les humains qui s'occupent de nous nous enseignent ce qu'ils savent, ce qui veut dire qu'ils nous programment avec leurs connaissances. On apprend comment «bien» se comporter, comment être une «bonne» personne. En verité, on nous domestique en ayant recours à un système de punitions et de récompenses. Et nous, nous croyons tout ce que les parents et les autres adultes nous disent. Nous leur donnons notre accord et c'est pas cet accord que ce que nous apprenons se grave dans notre esprit.
En utilisant notre attention, les adultes nous apprennent à créer une réalité dans notre esprit. Nous apprenons à penser et nous finissons par nous créer une image de nous-même qui correspond à ce que les autres disent de nous. À mesure que nous grandissons, nous tissons une toile de soi-disant vérités, une structure mensongère qui, avec le temps, devient extrèmement dif…

La Mémoire du Corps

Les mémoires...
Tout comprendre avec notre tête est une chose. Nous pouvons accumuler comme ça un savoir grandiose de connaissances acquises tout au long de notre vie, mais... cela reste toujours du domaine de l'intellect. Le vrai savoir se passe lorsque nous arrivons à faire abstraction de ce mental intellectuel afin de comprendre avec nos cellules. Notre corps dit vrai. Il ne ment pas. Il possède son propre langage et sait comment se faire comprendre par nous. Plus nous le respectons, plus nous l'entendons, plus nous sommes conscient de ses manifestations profondes et moins il utilise des moyens douloureux pour s'exprimer. Le dialogue qui s'instaure lorsque nous sommes centré et aligné avec lui et en lui, n'est autre que le souhaît de notre âme. L'écouter c'est se vider de soi-même pour lui laisser son espace.
Dans l'infiniment petit s'inscrit les phénomènes passés, acquis, innés, transgénérationnels de notre vie et de la Vie. Douleurs morales, joie…

Au coeur de sa vie...

Ne pas être centré est un état que nous expérimentons tous à divers moments de nos vies. Nombre de gens possèdent de nombreuses choses dont ils ne veulent même plus connaître l'existence, et il est curieux de constater que ce que l'un possède représente ce que l'autre a toujours voulu... puis on convoite comme ça les valeurs d'autrui en fin de compte.

«Le gazon est toujours plus vert chez le voisin». Vous connaissez l'adage?

On a beau avoir le meilleur travail, la plus belle maison, des enfants adorables et le ou la partenaire de rêve, les levers demeurent aussi hardus que si on n'avait rien du tout, et les couchers eux, quelquefois ou souvent vide de sens... (sans parler de la vie qu'il y a entre les deux finalement).

On fait les choses et on sait être chanceux(se) d'avoir tout ça et en même temps, on n'y crois pas vraiment. On a tout, avec l'impression de n'avoir rien. Quelque chose manque, et on ne sait pas quoi.

Qu'a donc le voisin que v…

Les Pensées Jumelles

Les pensées Jumelles
«Qui se ressemble, s’assemble».
Vous avez entendu parler de cette fameuse Loi de l’Attraction? Depuis un temps déjà, l’humanité a connu un regain d’attention portée sur cette loi de la nature. Ce mystérieux pouvoir existait pourtant bien avant nous. Rien n’a été inventé vous savez. Ce principe est, et sera pour toujours. Alors, comment se fait-il qu’on en soit encore au même point? Qu’avons-nous donc compris de tout cela? Les livres abondent d’explications accessibles à tous et dans tous les genres. On les retrouves partout et en grand nombre. Cependant, malgré le fait qu’on soit si bien informés, il y a un petit quelque chose à l’intérieur de nous qui ne se produit pas. Comme un déclic… une connexion qui est absente; et on a l’impression de comprendre et de ne pas comprendre en même temps. Tellement qu’on en vient à se dire que c’est du charlatanisme que cela. Que ce n’est pas fait pour nous finalement.
La loi de l’Attraction est une loi impersonnelle, immuable mais…