Accéder au contenu principal

Réflexion


Vous êtes programmé pour être vous, peu importe ce que votre mental pense que vous êtes.


Sitôt que nous savons parler, les humains qui s'occupent de nous nous enseignent ce qu'ils savent, ce qui veut dire qu'ils nous programment avec leurs connaissances. On apprend comment «bien» se comporter, comment être une «bonne» personne. En verité, on nous domestique en ayant recours à un système de punitions et de récompenses. Et nous, nous croyons tout ce que les parents et les autres adultes nous disent. Nous leur donnons notre accord et c'est pas cet accord que ce que nous apprenons se grave dans notre esprit.

En utilisant notre attention, les adultes nous apprennent à créer une réalité dans notre esprit. Nous apprenons à penser et nous finissons par nous créer une image de nous-même qui correspond à ce que les autres disent de nous. À mesure que nous grandissons, nous tissons une toile de soi-disant vérités, une structure mensongère qui, avec le temps, devient extrèmement difficile à dénouer.

Forts de toutes ces soi-disant vérités, nous nous inventons des histoires et des superstitions à propos de tout, y compris de nous-mêmes. Nous créons toute une réalité virtuelle dans notre mental, avant même de la vivre. Et plus encore, nous nous mettons à imaginer ce que font les autres, à quoi ils pensent, ce qu'ils disent de nous, et nous élaborons ainsi un rêve dans notre imagination. Et voilà la clé! Nous créons notre propre histoire, notre propre vérité, qui existe et qui n'est vrai que dans notre esprit, et selon les dires des autres.

Durant ce processus de domestication, notre système de croyances devient le livre de la loi qui gouverne notre vie. Notre système de croyances devient à la fois notre juge intérieur et notre plus grande victime, puisqu'il commence par nous juger et nous punir. Ensuite, nous jugeons et punissons chaque être et chaque chose en fonction de notre livre de la loi personnel.

Le problème, c'est que notre système de croyances finit par prendre vie en nous et se retourner contre nous. Il utilise tout ce que nous savons pour punir la victime en nous. Il nous gouverne comme un tyran. Il nous prive de notre liberté et nous réduit à l'esclavage. Mais ce que nous avons oublié, c'est que cette structure n'existe que parce que nous l'avons créer!

Sortir du mensonge

Une fois que vous êtes prêts à changer de vie, que vous êtes disposés à modifier vos accords, votre livre de la loi, ce qu'il y a de plus important, c'est la Conscience. Il ne s'agit pasd'être simplement conscient, c'est la mise en application, l'entraînement, qui change tout. Si vous vous entraîner à avoir une parole impeccable, si, quoiqu'il arrive vous n'en faites pas une affaire personnelle, si vous ne faites pas de suppositions et que vous faites de votre mieux, vous aller progressivement briser les milliers d'accords qui vous maintiennent prisonniers de votre rêve, devenu infernal. Quand le livre de la loi aura disparu de votre tête, le tyran, le juge et la victime disparaîterons aussi. Vous ne souffrirez plus.

Apprenez à écouter, puis faites vos choix et assumez la responsabilité de chacun des choix que vous faites dans votre vie. C'est votre vie, et non celle de personne d'autre.

Don Miguel Riuz

Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…

Accompagner la fin de vie

Comment la formation professionnelle sur le thème de l'accompagnement des personnes en fin de vie s'organise-t-elle aujourd'hui ?
Isabelle Pitre : Il existe deux types de formations pour les professionnels de la fin de vie. Celle qui a pour vocation d'enseigner l'accompagnement à la fin de vie à tout le personnel médical (aides-soignants, personnel infirmier, médecins etc.), et la formation professionnelle continue qui enseigne aux personnes désireuses d’en faire un métier, l’art d’accompagner la fin de vie au point de vue de la qualité d’être.
Cette dernière formation comprend principalement des cours théoriques basés sur les différentes formes d’apprentissages (visuel, auditif et kinesthésique), qui amènent les apprenants à une compréhension de leur rôle d’accompagnant, et du milieu de la fin de vie.

«C’est souvent en faisant un véritable travail sur soi que l’on s’ouvre à la dimension réelle de l’accompagnement».
Il y a la possibilité de prendre en charge les f…