Accéder au contenu principal

ACCEPTER




Lorsque nous ignorons une blessure profonde, nous créons une dualité entre ce que nous sommes et ce que nous aspirons à être. Lorsque nous refoulons profondément, que nous camouflons la poussière dessous le tapis, tout en fesant comme si rien ne paraît, nous savons consciemment, qu'un jour ou l'autre il nous faudra faire face à ce qui est caché dessous. Ce qui est refoulé n'est pas neutralisé. Au bout d'un certain temps, la poussière que nous avons dissimulée sous le tapis a pris une tout autre forme peut être, et nous avons peur de confronter cette réalité qui demeure présente malgré notre ignorance. Comment pouvons-nous ne pas voir, alors qu'après un temps, la bosse sous le tapis est devenue si immense qu'elle nous bloque l'accès de la porte d'entrée?

Les choses ignorées restent présentes. Elles sont là, et elles continuent d'agir à l'encontre de ce que nous souhaitons pour nous-mêmes. De ce fait, nous devenons experts dans l'auto-sabotage, allant parfois jusqu'à miner notre propre santé. Nous nous créons de l'inconfort qui se transforme vite en mal-être, parce qu'on a pas su regarder ce qui est là au moment où il le fallait. Près de nous... en nous, dans sa véritable nature; la vérité qui parle et qu'on a peur d'entendre.

Pourtant l'acceptation est simple si nous prenions le temps d'observer. D'un point de vue objectif, elle nous apporte une compréhension instantanée. Lorsque nous acceptons sans juger, nous intégrons l'existence de ce qui nous fait souci d'une façon consciente. Il ne s'agit pas d'être fataliste mais plutôt d'être présent dans nos sensations et de prendre ce qui se présente à nous comme un matériau qu'il nous faut travailler à transformer en autre chose de mieux. Il fait partie de nous. Nous pouvons le façonner de manière à lui donner un visage plus symphatique.

Il s'exprime à sa façon et nous dit:

-Hey... je suis là, tu m'as vu dis?

-Oui, je te vois...

Isabelle Pitre

Extrait de TRANSPARENCE Formation Humaniste et techniques d'hypnose.

.

Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…

J'aurai 55 ans

J'AURAI 55 ANS DANS QUELQUES JOURS.
C'est quelque chose !
Quand je regarde en arrière, je n'en reviens tout simplement pas de tout ce chemin parcouru. Non seulement à cause de toutes ces heures que j'ai mise à expérimenter la vie de diverses manières, mais aussi de toutes les autres qui m'ont fait tant souffrir ou pleurer.
Il en a fallu des heures de travail sur moi-même pour en arriver à mieux comprendre la vie et ses leçons. J'ai dû apprendre à m'aimer beaucoup pour réaliser qu'à chaque message qu'elle m'envoyait par exemple, il n'y avait rien de fondamentalement bon ou mauvais. Non, parce que ma réaction, ma perception finale dépendait toujours de moi. Cest ce qu'on appelle avoir le libre arbitre. D'ailleurs, les fois où je me suis abandonné à elle (la vie), je me suis sentie complètement habitée de son amour et je me rend compte maintenant à quel point elle a toujours été là pour moi. Je t'aime ma bonne étoile.
Petite, je voyais…