20.8.12

L'amour toujours...


Tout discours gravite autour d’un seul thème, l’amour. En effet, être en santé implique que nous aimons la santé suffisamment pour lui faire une grande place dans nos vies. Développer de saines habitudes, persévérer jusqu’à la constance et l’équilibre, il en est de même pour l’argent. Par exemple, celui qui est riche n’a rien de bien différent avec les autres que son ouverture à la richesse comme un élément naturel et créateur. Il faut aimer l’argent, le connaître et savoir s’en servir lorsqu’on désire bâtir sa propre fortune. En somme, il est préférable de s’aimer soi-même très fort pour se donner la permission d’être ce que l’on a envie d’être dans l’idéal. La permission d’être riche et heureux, ou d’être en santé et d’aimer, ou d’être tout cela à la fois.

L’amour se présente donc à nous comme un petit moteur, un principe de motivation à la base de toutes les choses. Curieuse image me direz-vous, car symboliquement parlant, notre cœur est partout associé à ce puissant sentiment. N’est-il pas lui aussi au centre de notre organisme. En fait, par notre coeur passe la vitalité qui alimente et qui crée le miracle que chacun de nous incarne. Nobles cœurs, noble amour, chantaient ainsi les troubadours.

Or, nombreuses sont les personnes qui ne différencient pas le sentiment de l’émotion qu’il engendre. L’amour prend naissance en nous et en même temps, l’amour est notre point d’origine. Il est ce moteur, cette énergie qui produit tantôt la joie, l’excitation, la complicité, et la beauté, tantôt le mensonge, l’égoïsme, la jalousie, ou la haine.

La confusion de ce que nous comprenons de l’amour génère la plupart des conflits. La plupart des problèmes relationnels que nous rencontrons aujourd’hui soutiennent généralement la même thèse : l’absence d’amour. Nous croyons que l’amour est un besoin qu’il nous incombe de combler, alors qu’en vérité l’amour est un courant de la vie qu’il nous faut apprendre à utiliser.

C’est lorsque l’on tente de rationaliser l’amour qu’on s’éloigne le plus de son essence véritable. L’amour existe partout, un peu comme l’air que nous respirons. Il ne transite pas d’un endroit à un autre, ni d’une personne à l’autre avec une impression de début ou de fin. Non, l’amour est illimité, infini, omniprésent.

Impossible pour certains, l’amour ressemble à l’image qu’on s’en fait mentalement. Chacun se représente le concept à sa façon, et toute vérité possède ses références, et pareillement ses preuves. L’interrogation n’est pas de se demander pourquoi l’amour n’est pas présent dans nos vies pour ces gens en particulier, mais de prendre conscience de ce qui nous sépare de ce sentiment. Si l’amour se réalise par les autres, nous l’avons tout autant en nous. Qu’est ce qui nous empêche alors de le ressentir profondément?

Prendre l’amour comme une énergie qui crée la vie et nous permet de faire des choses. Voilà comment nous devons l’utiliser. Pendre l’amour pour guérir un besoin en modèle, tant est-il que nous ayons la conscience de l’accueillir et de le reconnaître avant tout. Prendre l’amour pour voir fleurir une relation, pour illuminer un regard, pour transformer une discorde en harmonie, c’est à cela finalement que le sentiment nous sert. Il nous fait avancer, évoluer.

Au gré d’une intention qui se veut pure, et que volontairement nous faisons passer par le cœur, nos relations avec les êtres vivants ou les choses changent. Elles se manifestent en autant de splendeur qu’il nous est permis à chacun d’imaginer.

Isabelle Pitre n.d.
Coach de Vie, Maître thérapeute Humaniste

Un vieux rêve

Mon plus vieux rêve d'enfance remonte à l'âge de 2 ans. Redondant, dans ce sens que je l'ai rêvé à plusieurs reprises, c...