4.7.15

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade...
Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien.
Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...


Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection.
Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être...
J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger.
 
Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule.
 
Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je dis cela parce du coup, elle s'est renversé sur le côté. Pouf !
 
Je me suis alors posé la question suivante : que fait-elle donc ?
Était-ce un relent à la vie tout ce que je venais de voir, ou simplement un réflexe conditionné. J'ai observé plus attentivement encore pendant un bon moment.
On aurais dit qu'elle avait rendu l'âme.
 
Lui flattant le dessus des ailes, j'ai remarqué que parfois ses ailes bougeaient grâce au vent, mais d'autres fois, il y avait bel et bien une vibration minuscule qui venait forcément d'elle. Alors j'ai observer encore plus attentivement.
 
Je regardais ses yeux verts. Deux grands yeux qui semblaient aussi me regarder.
Puis tout à coup, sa longue queue s'est replié comme le fait celle d'un scorpion.
Ça a duré une fraction de seconde et plus rien.
 
Alors j'ai parlé à nouveau, et j'ai parlé encore.
Puis je l'ai soulevé par les ailes pour la remettre plus droite sur ses pattes.
Cette fois je l'ai vu bouger légèrement, mais est tout de même retombé sur le côté...
Je lui dis: qu'à cela ne tienne, on va essayer encore. C'est pas un petit bout d'aile qui va t'empêcher de vivre, de te nourrir ou même de voler.
 
Je l'ai flatté, repris et l'ai remise debout. Plus je voyais qu'elle était vivante, plus la joie emplissait mon cœur. Ça a durer une bonne heure ce petit manège là. Il était temps pour moi de quitter la piscine.

 
Bien sur, vous pouvez deviné que je ne l'ai pas laissé sur le ciment. J'ai placé mon petit doigt et derechef elle s'est accrochée bien solidement dessus.

Cette fois ci, je l'ai regardé bien en face et j'ai vu sa petite bouche s'ouvrir... une fois, deux fois, puis trois fois comme si elle me disait des choses dans son langage de libellule.
Wow... C'était magique !!
 
Je l'ai redéposé au sol, dans la verdure du gazon frais fait, et lui ai souhaité bonne chance, et bonne vie !
 
Mes amis(es), de retour à la maison, je vous partage cette histoire vraie... en riant de bon cœur pour ce que vous en penserez ! Pour ma part, cette aventure a fait ma journée, et je passerais le restant de ma vie à ne faire que ça !
 
Namaste
Isabelle Pitre Coach de vie

La beauté me touche

J'ai été émue de pouvoir assister en direct à la cérémonie de clôture des Jeux Olympique de Pyeongchang. J'étais comme une enfant q...