Accéder au contenu principal

ELLE CRÉE UN RÉSEAU POUR LES ACCOMPAGNANTS(ES) EN FIN DE VIE

Elle crée un réseau pour les accompagnants (es) en fin de vie: RAFDV

 / via Lynne Pion Accompagnante en fin de vie


Isabelle
Il y a quelques mois j’ai été interpellé par Isabelle Pître, la fondatrice du Réseau des accompagnants (es) en fin de vie. Je l’ai remercié pour son initiative et comme je lui ai mentionné c’est une idée qui m’avais déjà effleuré l’esprit. Les gens de partout mérite de mieux connaître les services que l’accompagnant (e) en fin de vie peut offrir et la-le contacter dans sa région ou ailleurs si elle, il se déplace. Je suis aussi devenu membre de ce nouveau réseau!
J’ai demandé à Isabelle Pître d’écrire sur ce qui l’avait motivé ou inspiré à fonder le réseau des accompagnants en fin de vie. Je vous invite à lire sa réponse...
 
 
Qui suis-je ?
 
À 4 ans déjà, je savais où était ma voie. J’étais comme on dit, connectée aux éléments qui m’environnaient et totalement détachée des gens qui m’avaient donné vie. J’avais conscience de deux mondes séparés;
  • Le monde de la matière et
  • celui du subtil.
Mon dessein était grand, plus grand encore que je n’aurais pu imaginer. Il s’ouvrait sur les êtres vivants en général, tous unis à l’intérieur d’une même conscience, où les limites ne sont que des conventions inventées par les humains.

Je savais par exemple que les derniers moments de la vie étaient pour moi une excellente opportunité de pouvoir communiquer. J’avais vécue des évènements impliquant la mort avant même de naître comme si mon chemin était tout tracé. Cela faisait donc partie de moi.
 
À cette époque, je ne parlais pas beaucoup. On ne me comprenait pas. J’écoutais, j’observais… Avec les années, j’ai eu mon lot de difficultés. Ce fut des années où la réflexion m’a poussé à dépasser le cadre de la pensée conditionnée pour retrouver un sens à ma vie. J’ai exploré divers concepts pour en arriver à ré-harmoniser mes polarités masculines et féminines. L’abstrait pour moi, c’était tout-à-fait logique. Là où les gens se perdaient en théorie systémique, moi je m’y trouvais très bien. Dans l’infiniment petit comme dans l’infiniment grand, je parvenais toujours à interagir ou à m’abandonner.
 
De recherches en découvertes, j’ai développé une sensibilité hors du commun via les animaux, notamment les chevaux; une sensibilité qui m’a permis plus tard de mieux comprendre la vie, de mieux me comprendre moi-même. Ma lucidité était celle qui faisait voir au-delà d’une première impression, entendre ce qui n’était pas dit, ressentir au fond de moi le mal-être qui habitait les gens. Alors, j’ai dû choisir une voie pour pouvoir exprimer «Qui j’étais», dans les moments où la vérité de l’être se manifeste vraiment. C’était des moments marquants, où je devenais enfin moi-même, inspirée de je-ne-sais quelle essence.     
 

L’accompagnement en fin de vie et le RAFDV

Le coaching et l’accompagnement en fin de vie représentent aujourd’hui les fondements de mon chemin. Tout cela je l’ai dit, était tracé d’avance. Si on l’additionne d’un peu d’écriture et d’enseignement, le développement de la conscience humaine dans une notion d’éveil et d’engagement, devient pour moi une équation parfaite.
 
Le réseau des accompagnants(es) en fin de vie, RAFDVest donc un aboutissant logique qui découle de mes années d’expériences, et qui ne surprend personne. Par le réseau, j’ai envie de partager ce qui me tient à cœur et ainsi, d’aider ma communauté à cheminer, à comprendre, à être mieux accompagnée dans ses questionnements en lien avec le deuil et la fin de vie. N’ayant pas de famille proche, je n’ai eu d’autre choix que de m’en inventer une moi-même. Ma famille proche, c’est vous, et c’est avec vous que j’ai envie de parler des vraies affaires.
 
De tout mon cœur,
Isabelle xx
Ce que les chevaux
Thérapie humaniste 1


Isabelle est aussi l’auteure de deux livres que vous pouvez retrouver chez votre libraire ou en la contactant.
N’hésitez pas à consulter le site du Réseau des Accompagnants(es) en Fin De Vie pour devenir membre,  poser vos questions ou demander un accompagnement pour votre famille.
 
 
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------

Lynne Pion


Femme authentique, douce, audacieuse et passionnée. Elle est la référence  pour les femmes endeuillées qu’elle accompagne dans leurs états d’âme sur la route de la résilience en privé , Journée VIP ou petits groupes.   Auteure du livre « Est-ce que tout le monde meurt? » elle a créé son blogue Deuil-Vie-Résilience référé dans la francophonie. Elle a participé au premier événement TEDxQuébec  en novembre 2012 sa conférence ayant pour titre « La mort n’est pas contagieuse ».  Elle a collaboré dans différents magazines et sites internet au Québec et en Europe.  Elle s’implique socialement et bénévolement avec le Groupe d’accompagnement Jonathan de Sainte-Marie en Beauce en accompagnement en fin de vie qu’elle pratique aussi au privé. Vous la retrouverez aussi dans le bottin des ressources de la maison Monbourquette et sur les différents réseaux sociaux.

 

Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…

Accompagner la fin de vie

Comment la formation professionnelle sur le thème de l'accompagnement des personnes en fin de vie s'organise-t-elle aujourd'hui ?
Isabelle Pitre : Il existe deux types de formations pour les professionnels de la fin de vie. Celle qui a pour vocation d'enseigner l'accompagnement à la fin de vie à tout le personnel médical (aides-soignants, personnel infirmier, médecins etc.), et la formation professionnelle continue qui enseigne aux personnes désireuses d’en faire un métier, l’art d’accompagner la fin de vie au point de vue de la qualité d’être.
Cette dernière formation comprend principalement des cours théoriques basés sur les différentes formes d’apprentissages (visuel, auditif et kinesthésique), qui amènent les apprenants à une compréhension de leur rôle d’accompagnant, et du milieu de la fin de vie.

«C’est souvent en faisant un véritable travail sur soi que l’on s’ouvre à la dimension réelle de l’accompagnement».
Il y a la possibilité de prendre en charge les f…