Accéder au contenu principal

La causalité


La causalité*

*Inspiré de la Thérapie Humaniste

Rhonda Byrne dit : Tout notre pouvoir de créer se situe dans la conscience que nous avons de ce pouvoir… et dans notre capacité à en demeurer conscient.

 
Ça veut dire quoi ?

La citation de Rhonda Byrne fait référence à la capacité qu’a notre cerveau d’emmagasiner des informations au niveau de la conscience. 5 à 7 informations transitent à la fois au niveau de la conscience. Vous vous souvenez ? Avant qu’une information ne devienne un automatisme, nous devons consciemment et volontairement la recréer dans notre quotidien pour une période d’au moins 21 jours. Mais bien sûr, cela demande beaucoup d’intensité, beaucoup de lucidité, beaucoup d’effort au début.

Ce qui arrive la plupart du temps, c’est que les informations qui ne sont plus des priorités passent au bout de trois jours au niveau de l’inconscient. En fait, on oublie et c’est tout-à-fait normal d’oublier puisque la quantité d’infos dont on est conscient en simultanés est minime. Notre cerveau est tout petit !

Alors oui nous devons demeurer conscients, et la meilleure façon de le faire est d’instaurer des rituels dans nos vies. Une discipline de vie comme pour aller au gym par exemple, jusqu’à ce que cette discipline devienne un mode de vie qui fait partie de soi. 

Souvenez-vous que l’inconscient n’est qu’une banque de données. Donc, si vous avez perdu une information par oublie, cette information dort en quelque part dans votre inconscient. Instaurer une communication avec lui.

 


 


L’éveil de l’homme est l’éveil de sa propre conscience. C’est là l’appel de son être. Cette évolution l’invite à devenir toujours plus conscient des informations cachées ou ignorées contenues dans son inconscient.  Il devient toujours plus conscient en fait, qu’il doit faire confiance à cette partie dont il ne sait rien. Rappelez-vous de cela aussi.


À l’intérieur des sept principes Hermétique, la causalité est nommée principe de correspondance. Cela implique qu’il existe toujours un lien, une correspondance qui relie entre eux les phénomènes dans tous les différents plans de l’être. Vous pouvez faire une révision des différents plans de l’être vu dans le praticien.

 
Toute cause a son effet et tout effet a sa cause. Cette affirmation de causalité suppose que le hasard n’existe pas. Rien n’est fortuit en vérité. Ce qui arrive pour chacun de nous dans la vie demeure lié étroitement avec ce principe de correspondance. Tout est le fruit de ce que nous avons voulu, penser ou souhaité à un moment ou à un autre dans notre vie.

Il est dit qu’en s’élevant, en éveillant notre esprit au-dessus du niveau de conscience ordinaire, nous pouvons devenir la cause au lieu de l’effet, et bénéficier ainsi de ce que nous avons créé nous-mêmes de plus beau. Par notre conscience d’être, cette opportunité nous permet de travailler directement à la transformation de la matière, à ce qui est présent dans notre corps, dans nos vies.

Notre raisonnement face à notre vie doit partir de l’observation du reflet que nous en avons dans le monde physique. De quel reflet parle-t-on ? De ce que nous observons dans notre environnement, dans nos relations, dans ce qui est présent au moment où nous nous posons des questions, et qui représente parfaitement ce que nous avons pensé, voulu, créé.

Pour ce faire, nous devons prendre du recul afin de réaliser le cheminement que nous avons effectué jusqu’ici, et s’ajuster, se réajuster s’il le faut. Nous devenons alors un cavalier qui chevauche la vie, sa vie; l’instigateur de ses propres avancements, accomplissements.

Nous avons le libre-arbitre de nous laisser porter par notre inconscient, par notre système de croyances, par nos conditionnements, par nos mémoires cellulaires. Par ce libre-arbitre, nous choisissons soit de créer notre réalité, soit de réagir comme des pions sur un échiquier. Lorsque l’on prend conscience de ce pouvoir intrinsèque que nous avons sur nos propres vies, sur les évènements, sur les choses, comment pouvons-nous continuer à vivre tout en laissant notre inconscient demeurer aux commandes?

Souvenez-vous que l’inconscient ne sait pas ce qui est bon et ce qui est mauvais pour vous. Il n’est qu’une banque de données.

 
Si vous le laissé aller à des choix aléatoires, soyez certain qu’il reproduira jour après jour les mêmes patterns parce que l’inconscient est réactif et qu’il réagit avant la conscience. Vous serez subjugué !

«Dans mon monde, j’occupe la place du créateur. Même sans en être conscient, je crée ma propre réalité. Je laisse les croyances des autres m’envahir et influencer ma réalité».

La réalité qui nous entoure le prouve. Elle nous montre ce qui doit être changé, transformé, ajusté. Nous pouvons donc créer dans le plan causal suivant un désir qui s’inspire d’un besoin… Un désir qui fait vibrer le cœur et qui rend hommage à la vie… et alors, nous y allons d’une chose qui va de soi, dans le sens que notre FOI (croyance) doit correspondre à ce désir.

Exemple :

Vous avez le désir de réussir votre parcours professionnel

Ce désir quand vous y penser vous fait vibrer le cœur, vous rend heureux.

Si votre croyance réunit un discours tel que : Pour moi, c’est facile, je réussi tout haut la main… vous pouvez imaginer que le résultat sera rapide.

Si votre croyance vous ramène à une expérience passé qui fait référence à des difficultés, il faudra prendre le temps de la changer, de transformer cette croyance en lui donnant les ressources dont elle aurait eue besoins dans le contexte passé pour habiller une autre forme de pensée et adopter une autre tangente.

Tout se change tant est-il que nous sachions observer avec détachement !
 
Isabelle Pitre N.D.,S.E.S.,M.C.C. Coach certifiée dans les approches humanistes

 

Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…

Accompagner la fin de vie

Comment la formation professionnelle sur le thème de l'accompagnement des personnes en fin de vie s'organise-t-elle aujourd'hui ?
Isabelle Pitre : Il existe deux types de formations pour les professionnels de la fin de vie. Celle qui a pour vocation d'enseigner l'accompagnement à la fin de vie à tout le personnel médical (aides-soignants, personnel infirmier, médecins etc.), et la formation professionnelle continue qui enseigne aux personnes désireuses d’en faire un métier, l’art d’accompagner la fin de vie au point de vue de la qualité d’être.
Cette dernière formation comprend principalement des cours théoriques basés sur les différentes formes d’apprentissages (visuel, auditif et kinesthésique), qui amènent les apprenants à une compréhension de leur rôle d’accompagnant, et du milieu de la fin de vie.

«C’est souvent en faisant un véritable travail sur soi que l’on s’ouvre à la dimension réelle de l’accompagnement».
Il y a la possibilité de prendre en charge les f…