5.11.15

La vieillesse

J'ai appris à parler cheval durant toutes ces années passées avec eux. Ça aura été des apprentissages magnifiques, je vous le dis, des passages de vie tellement riches.
Aujourd'hui, j'apprend à parler avec le grand âge, la vieillesse oui, et je m'émerveille tous les jours devant tant de vérité.
 
Mes amis(es), ces moments à donner à l'autre l'espace nécessaire pour être... être vivant tout simplement pour quelqu'un, sont pour moi synonyme de plénitude. Je me rend compte que le sens de la vie n'est pas devant soi à planifier toutes sortes de projets, mais ici-même dans un instant passé avec un homme qui termine sa vie.
 
Il s'agit peut-être d'un instant vide pour quelqu'un qui nous regarde, mais en vérité nous le remplissons chacun à notre manière d'un peu de ceci et de cela. Ces moments sont toujours unique car nous sommes ensemble, et l'intention qui émane de l'un comme de l'autre en est une de bonté et de bienfaisance.
 
J'adore lui permettre d'être simplement lui-même, car j'ai l'impression qu'alors il devient jeune tout d'un coup. Je sais, que par le temps que je lui offre, par mon rire ou par ma main, je répond vraiment à ce que la vie attend de moi et à ce que moi j'attend d'elle.
 
J'ai toujours su que l'amour était la seule chose qui reste lorsqu'on en est à ces derniers jours. Et maintenant je comprends que l'amour est et sera toujours l'unique chose qu'il nous faut cultiver dans notre jardin.
 
Namaste Monsieur T. Merci pour votre message/passage.
 

Un vieux rêve

Mon plus vieux rêve d'enfance remonte à l'âge de 2 ans. Redondant, dans ce sens que je l'ai rêvé à plusieurs reprises, c...