Accéder au contenu principal

L'alcool... comment savoir ?

L'ALCOOL... COMMENT SAVOIR ?
Boire de l’alcool est synonyme de convivialité dans la croyance populaire, et de plaisir aussi. On boit pour relaxer, pour se changer les idées, pour oublier les soucis de la journée, pour se mettre dans l'ambiance, pour se dégêner, pour le goût, pour fuir sa vie, parce que tous le monde le fait, pour se donner un genre, et pour toutes sortes de raisons. Quand boit-on trop et trop souvent ? Ça on ne le sais pas. 

Beaucoup de gens minimise l'impact que peut avoir l'alcool dans leur vie en se comparant aux autres ou à ce qui se véhicule dans les médias et les émissions de télévision. Ah ! tous le monde le fait alors...
C'est simple, partout les gens boivent... ou que vous soyez, quoi que vous fassiez, boire de l'alcool est devenu un phénomène naturel. C'est juste si on ne nait pas avec un peu d'alcool dans son biberon. Et derrière le geste bien sûr, il y a une intention économique très lucrative, comme la cigarette l'était il y a 50 ans.
 
Consommer de l’alcool peut rester un plaisir et ne pas poser de problème comme de mettre un peu de sel sur ses aliments par exemple. Toutefois cela peut aussi devenir problématique lorsqu'on ne connaît pas exactement ce qu'on ingurgite et qu'on se fie sur les autres pour faire ses propres choix... On peut mettre trop de sel sur les aliments aujourd'hui ou trop fumer de cigarettes mais curieusement, si ça commence à couter cher au Gouvernement, soyez convaincu qu'on va vous le dire. Économiquement parlant, l'alcool est une petite mine d'or... et qui fait des sous sur le dos des citoyens ??
 
J'en parle ce matin car trop de gens boivent sans réaliser que la boisson est un puissant psychotrope qui favorise bien des débalancements psychiques, et également la dépression. Comme les drogues dures, la dépendance se crée peu à peu de façon très insidieuse et plus on boit, plus on s'éloigne de son être profond, plus on descend dans de basses énergies qui favorisent évidemment les basses réalisations.
C'est même rendu qu'on regarde d'un drôle d'oeil les gens qui ne consomment pas, comme si c'était eux les malades, les associaux. Si on ne boit pas, dans la croyance populaire, c'est qu'on doit avoir un problème d'alcool.

Personnellement, je n'ai jamais eu besoin de boire pour dire ce que j'avais à dire ou oser vivre ma vie et je n'ai aucun plaisir à voir mon interlocuteur quitter son corps alors que je lui parle. «You-hou... y'a quelqu'un là-dedans ?». Chacun ses choix bien certainement, mais soyez à l'écoute de vous-même plutôt que de suivre le troupeau comme on vous dit de le faire. En 2016, c'est le temps de se libérer des croyances sociétaires.
 
 

Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'aurai 55 ans

J'AURAI 55 ANS DANS QUELQUES JOURS.
C'est quelque chose !
Quand je regarde en arrière, je n'en reviens tout simplement pas de tout ce chemin parcouru. Non seulement à cause de toutes ces heures que j'ai mise à expérimenter la vie de diverses manières, mais aussi de toutes les autres qui m'ont fait tant souffrir ou pleurer.
Il en a fallu des heures de travail sur moi-même pour en arriver à mieux comprendre la vie et ses leçons. J'ai dû apprendre à m'aimer beaucoup pour réaliser qu'à chaque message qu'elle m'envoyait par exemple, il n'y avait rien de fondamentalement bon ou mauvais. Non, parce que ma réaction, ma perception finale dépendait toujours de moi. Cest ce qu'on appelle avoir le libre arbitre. D'ailleurs, les fois où je me suis abandonné à elle (la vie), je me suis sentie complètement habitée de son amour et je me rend compte maintenant à quel point elle a toujours été là pour moi. Je t'aime ma bonne étoile.
Petite, je voyais…

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…