1.8.16

Une coach en vacance / Jour 4

Le jogging du matin est un temps que j'utilise pour réfléchir et trouver mes idées. Ma pensée vagabonde et en même temps, mon corps court de lui-même... si bien que je n'ai jamais l'impression d'avoir fait un effort.

Ce matin, je pensais à une expérience que j'ai vécu il y a quelque temps à l'annonce du départ d'une connaissance. C'était l'impression que ma vision de l'avenir était une autoroute sans fin, une ligne bien droite et sans aucun obstacle.

Or ce matin, au retour, j'entrevois justement cette autoroute devant moi. Je suis sur un Boulevard vide, sauf bien sûr qu'il y a des arbres, des maisons, des courbes qui m'empêche de tout voir en même temps. Et je me met à songer que pour une fourmi, les obstacles doivent être permanents du aux aspérités du sol. En fait, plus on est collé au sol (dans la matière), plus les obstacles sont présents. Si je m'élève au dessus du mont St-Hilaire par exemple, déjà ma vision est plus vaste, je vois plus loin. Et si je monte encore plus haut, en avion, voilà que le chemin sur lequel j'étais tout-à-l'heure devient droit et libre de tout obstacles !!

Morale de l'histoire, pratiquez vous à changer votre cadre de vision lorsque les évènements vous paraissent lourds ou compacts. A un niveau plus élevé, il n'existe que des solutions !
Bon lundi mes amis (es) xx



Un vieux rêve

Mon plus vieux rêve d'enfance remonte à l'âge de 2 ans. Redondant, dans ce sens que je l'ai rêvé à plusieurs reprises, c...