20.9.16

Papillon


L'étroitesse d'esprit est plus désolante que la pauvreté intellectuelle.


C'est la prison de gens qui se croient mieux nantis, mais où l'orgueil et l'égo dominent tels des détraqueurs de rêves.  Pour eux, la beauté naturelle n'existe plus car ils ont le pouvoir de la contrôler.

Ceux qui progressent dans un chemin d'artifices ne savent pas que l'endroit où leur pied se pose est incertain. Le canevas sur lequel se dessine la vie ne répond pas aux lois humaines. Ce qui compte tellement pour eux, tant ils y ont accordés d'importance... n'est finalement qu'une illusion, un piètre reflet de pensées avides. Et tout disparaît au moment où la vie le choisit car il doit y avoir de la substance au travers toute cette énergie sombre.

Tout renaît et recommence continuellement, alors pourquoi vouloir réapprendre ce que nous savons déjà... À un autre niveau, nos mémoires sont déjà celles d'enfants à naître ; porteurs d'eux et d'elles, cristaux anciens et nouveaux, flambeaux de tout et de rien.

Chaque être EST l'être, la source; le débit, la vérité, la voix au fon de soi. Rien n'est séparé.
Nous sommes cette simple particule unique qui vibre dans ce grand système et dès lors, nous devons nous détacher de cette course au malheur.

Libère ta beauté, libère ton esprit... meurt et renaît pour nous... aujourd'hui.

Isabelle

Un vieux rêve

Mon plus vieux rêve d'enfance remonte à l'âge de 2 ans. Redondant, dans ce sens que je l'ai rêvé à plusieurs reprises, c...