Accéder au contenu principal

Editorial de Mars / Réseau des accompagnants en fin de vie


En fin de semaine dernière dans le journal de Montréal, Denise Bombardier faisait état de la loi 52 sur l’aide à mourir. Elle affirmait qu’au Québec, il s’agit là du consensus le plus large débattu à propos de droits humains comme si la mort était ce qui nous réunit le plus.

Le projet de loi sur l’euthanasie au Québec, projet de loi 52 que l’on nomme aussi – Aide médicale à mourir - vise essentiellement à faire de l’euthanasie une « question de santé » et donc une affaire provinciale. De ce fait, cette loi contourne ainsi l’interdiction de l’euthanasie et du suicide assisté par un médecin, contenue dans le Code criminel du Canada. 

On comprendra qu’il s’agit ici d’une forme d’expression détournée, d’un langage qui se veut trompeur et qui dirige l’attention du public dans un bassin si vague d’informations incomplètes qu’il s’y perd. Pourtant, on nous doit à tout le moins une explication plus substantive et honnête de ce qui est en jeu, ou peut-être est-ce que l’on doit s’y engager soi-même.

Lorsque les médecins en soins palliatifs menacent de démissionner à cause du projet de loi 52, cela porte fortement à croire que l’« aide médicale à mourir » suscite qu’on prenne le temps, beaucoup plus de temps, pour l’approfondir davantage.
Comment voit-on cela aujourd’hui, à peine quelques mois après l’adoption de la loi 52 ? Déjà pour certains, on voit la mort comme une affaire classé et c’est tellement dommage. Encore une fois, nous donnons à nos élus trop de pouvoir en ce qui a trait aux décisions qu'il nous appartient de prendre face à notre rapport à la vie, à celles de nos proches, ou à toute la dimension relationnelle. On oublie alors de pousser plus loin notre réflexion, et en l’absence de ce regard plus profond envers l’autre, en l’absence de présence, d’accueil ou de compassion, nous devenons proactifs d’un discours qui n’est pas le nôtre et derrière lequel on se cache malgré que n’en comprenne ni la portée, ni le sens.

Pour tout être vivant, la mort est une réalité inéluctable ; la vie s'achèvera tôt ou tard par un arrêt définitif de l’expérience humaine. Cet aspect de l'existence, ce passage si on veut, est un des défis les plus difficiles que la vie nous propose, car nul n’en revient vivant.
La mort peut effectivement sembler totalement désespérante et absurde à quiconque refuse d'y faire face ou de l'assumer complètement. Mais pour ceux et celles qui parviennent à accepter vraiment cette réalité, c'est au contraire toute la valeur de la vie qui s’ouvre ; dans toute sa contenance enfin, toute sa beauté, son infinité.

D'ailleurs, les personnes qui se sont donnés volontairement la chance ou l’opportunité d’accompagner la fin de vie, en sont revenues pour la plupart, avec des expériences riches de sens. Sans contredit, elles ont pratiquement toutes le même discours ; à savoir que c’est en côtoyant la mort que la vie prend tout son sens. On en vient alors à sentir de façon presque tangible, toute la valeur de la vie dans ses mains, dans sa voix, dans son expression, son émotion.

Alors, si nous pouvons développer dans ce petit bout de vie une relation intègre et vraie, avec soi-même comme avec les autres, même dans la douleur, c’est qu’on réapprendra vraiment à faire de la place au présent, aux valeurs humaines d’accueil et de partage. Ce sont nos relations interpersonnelles, et du coup notre vie toute entière, qui s’en trouvera changée.

Isabelle Pitre, Présidente du Réseau des accompagnants en fin de vie

Sources :
Les Québécois et la mort, Denise Bombardier
Le projet de loi sur l’euthanasie au Québec, projet de loi 52, Vie-Canada

Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…

J'aurai 55 ans

J'AURAI 55 ANS DANS QUELQUES JOURS.
C'est quelque chose !
Quand je regarde en arrière, je n'en reviens tout simplement pas de tout ce chemin parcouru. Non seulement à cause de toutes ces heures que j'ai mise à expérimenter la vie de diverses manières, mais aussi de toutes les autres qui m'ont fait tant souffrir ou pleurer.
Il en a fallu des heures de travail sur moi-même pour en arriver à mieux comprendre la vie et ses leçons. J'ai dû apprendre à m'aimer beaucoup pour réaliser qu'à chaque message qu'elle m'envoyait par exemple, il n'y avait rien de fondamentalement bon ou mauvais. Non, parce que ma réaction, ma perception finale dépendait toujours de moi. Cest ce qu'on appelle avoir le libre arbitre. D'ailleurs, les fois où je me suis abandonné à elle (la vie), je me suis sentie complètement habitée de son amour et je me rend compte maintenant à quel point elle a toujours été là pour moi. Je t'aime ma bonne étoile.
Petite, je voyais…