L'autre jour

Il y a quelques jours, je suis allé dans une de mes boutiques préférées. C'est une brocante, êtes-vous surpris ? 

Le proprio de la boutique achète des successions et des entrepôts personnels laissés vacants. Son employée, une dame de 80 ans... qui reste seule dans ce fourbi toute la journée. En fait, elle travaille 7 jours semaine - de midi à 18h.

Malgré ses vieilles mains un peu tordues, elle tri les nouveaux arrivages, place la marchandise, vend et enveloppe les paquets, se souviens de la majorité des prix et du moment où les choses sont arrivée, d'où elles viennent et qui les a acheté. C'est un exemple à suivre.

J'adore cette dame ; ce qu'elle dégage.
Parfois je me surprend à y aller uniquement pour elle, parce que je m'ennuie. Je vous dis ça et en vérité, j'y vais toujours juste pour elle. J'en prends conscience en l'écrivant.

Elle me parle de son fils qui a des difficultés, de son mari qui est mort chez lui et qu'elle a accompagné même si ils étaient divorcés depuis longtemps. Elle me pose aussi des questions sur moi, et je lui raconte mes trucs. 

Enfin, j'achète quelque chose même quand il n'y a vraiment rien dont je n'ai besoin, car ce sont des objets qui la représente elle, et dont je me souviendrai comme d'un moment que nous avons passé ensemble. De ce geste, je participe à cette action qui nous permet d'apprécier quelqu'un pour ensuite lui donné ce sentiment d'être utile, d'être vivant.

Quand je lui demande ; vous êtes pas fatiguée de faire ça ?
Elle me répond : Oh que Non, ça m'occupe. Je ne veux pas finir dans un endroit ou les vieux (c'est elle qui le dit) font des activités plates et jouent au bingo.

À méditer, vraiment.
Le monde est rempli de ces gens merveilleux qui ne demandent rien, mais qui au final, sont tout !