Accéder au contenu principal

Accompagner humainement

Nous pouvons facilement fausser la réalité de quelqu'un lorsque nous ne respectons pas son vécu. Certaines souffrances se présentent peut-être de façon démesurée à prime abord, mais, sans connaître le type de «terrain» dans lequel une blessure a été inscrite à l'origine, notre jugement n'a pas sa place. La bienveillance envers autrui implique notre plus grand respect.

Ce que chacun de nous vivons a son importance. Tout n'est peut être pas à traiter avec urgence, j'en conviens, mais chaque blessure demande pourtant la même attention, les mêmes soins. Pour ainsi transmuter une émotion difficile en quelque chose de plus agréable, il ne nous suffit pas de répéter sans cesse un mantra. Ce que nous avons à transformer, est ce regard intérieur que nous portons sur notre propre expérience. Ce qui nous a fait mal jadis résonne encore en nous selon notre fragilité du moment.

C'est ici que l'accompagnement humain prend tout son sens ; lorsque nous nous aidons les uns les autres tout en se respectant mutuellement dans ce que nous vivons.




Posts les plus consultés de ce blog

Formation à distance

Dans le confort de votre foyer...

Nos cours, offerts à distance, constituent une façon moderne d'étudier à votre rythme dans le confort de votre foyer. Notre cours du Praticien Humaniste implique jusqu'à 300 heures d'étude. Le niveau du Maître comprend quant à lui 400 heures de formation et les approches humanistes alternatives s'additionnent ainsi pour un total de 1000 heures.
De nombreuses institutions et universités privées à travers le monde utilisent maintenant ce type de formation à distance à la fois très pratique et personnalisé.
À votre rythme et selon votre budget

Dans le domaine de l'enseignement des approches humanistes alternatives, du coaching et de l’accompagnement de personne, il s’agit d’une première ! Nos cours permettent d'acquérir une solide formation sans avoir à se déplacer. Nous offrons le même programme de formation qu’en classe, mais désormais tout se fait sans que vous n'ayez à vous déplacer. De plus, notre cours à distance offre la …

J'ai sauvé une libellule de la noyade...

J'ai sauvé une libellule de la noyade... Oui... Puis je l'ai déposé doucement devant moi, sur le ciment de la piscine. Elle était inerte... Totalement.
Habituellement, lorsque je fais des sauvetages de la sorte, les insectes sont pour la plupart un peu remués, mais ils bougent.
Elle, au bout de 20 minutes, encore rien. Rien d'autre que ses petites ailes qui se soulevaient avec le vent. ...

Alors... Je me suis mise à lui parler, tout doucement.
Je lui ai dit combien elle était belle, ses couleurs, sa perfection. Je lui ai parlé de sa petite aile brisée; coupée en deux, un accident peut-être... J'ai parlé et soufflé des mots doux, bienfaisants, des mots d'amour jusqu'à ce que... en une torsion très étrange, elle se mette à bouger. Oh ! Te voilà, lui dit-je. Toi ma belle petite libellule. Peu à peu, en faisant des essais, parfois en testant ses pattes, d'autres fois en vrombissant ses ailes, elle s'est rendue compte je pense, de sa petite aile brisée. Je…

J'aurai 55 ans

J'AURAI 55 ANS DANS QUELQUES JOURS.
C'est quelque chose !
Quand je regarde en arrière, je n'en reviens tout simplement pas de tout ce chemin parcouru. Non seulement à cause de toutes ces heures que j'ai mise à expérimenter la vie de diverses manières, mais aussi de toutes les autres qui m'ont fait tant souffrir ou pleurer.
Il en a fallu des heures de travail sur moi-même pour en arriver à mieux comprendre la vie et ses leçons. J'ai dû apprendre à m'aimer beaucoup pour réaliser qu'à chaque message qu'elle m'envoyait par exemple, il n'y avait rien de fondamentalement bon ou mauvais. Non, parce que ma réaction, ma perception finale dépendait toujours de moi. Cest ce qu'on appelle avoir le libre arbitre. D'ailleurs, les fois où je me suis abandonné à elle (la vie), je me suis sentie complètement habitée de son amour et je me rend compte maintenant à quel point elle a toujours été là pour moi. Je t'aime ma bonne étoile.
Petite, je voyais…