Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2010

La Solitude

Les changements de saisons amènent avec eux leurs lots de tension dans nos vies. En effet, plus le temps est froid, plus les gens restent à l'intérieur. Les activités se terminent plus tôt à cause de la noirceur. La sédentarité prend facilement le relais. Et avec elle souvent, s'installe un surplus de poids, un surplus de travail, un surplus de stress.
Dans le fond, quand on y pense, c'est bien légitime de réagir comme ça. On a tous envie d'être au chaud, d'être bien et confortable.
Comme on entre dans nos maisons, on entre aussi à l'intérieur de soi. En fait, on dirais qu'on dispose de beaucoup plus de temps pour réfléchir, pour se remettre en question et en même temps, on a pas nécessairement envie de réfléchir, ni de se remettre en question. Il y a là une impression de solitude qu'on ne veut pas ressentir. Et on a beau rester sous le même toit que d'autres, échanger avec des collègues ou des amis, lorsqu'on se retrouve là, en dedans de soi, c&#…

Le Deni de la réalité

Il survient quand, devant une réalité trop angoissante, nous nions l'évidence, comme si nous ne voulions pas la voir. En réalité, c'est que nous ne pouvons pas la voir tant elle serait douloureuse ou difficile à assumer.

Un déni très concret en médecine est le déni de grossesse. Il s'agit de femmes qui, enceintes, ne se rendent pas compte qu'elles attendent un enfant. Ce déni peut être partiel. Il dure alors seulement une partie de la grossesse. Mais il peut aussi être total, jusqu'à l'accouchement. C'est ainsi que certaines femmes accouchent seules sans jamais avoir réalisé qu'elles étaient enceintes. Aucun rapport avec des limitations d'ordre intellectuel, il s'agit de femmes qui n'ont pas intégré les signaux de leur corps, qui ne les ont pas perçus. Et cela peut se produire dans n'importe quelle couche de la société, y compris chez des femmes qui sont déjà mères.
Le plus étonnant chez ces femmes qui dénient leur grossesse réside dans le…