Gèrer ses émotions


Celui qui croit pouvoir gérer (dompter) ses émotions n'a pas compris leur véritable nature.

Un émotion est un message, un étiquette qui nous indique qu'en telle année précise, il y a eu un traumatisme enregistré dans nos fines structures. L'émotion s'exprimera ainsi, par automatisme, jusqu'à ce que nous allions à sa rencontre pour la comprendre, combler enfin ses besoins et l'éradiquer.

Dès lors, ce sont de véritables SENTIMENTS que nous vivrons.

 

Changer de cadre ... changer de vie !!

Ça prend du courage pour changer... ?
Puissants outil de développement personnel, le coaching et les approches humanistes alternatives proposent des techniques destinées à favoriser le changement, à atteindre des objectifs personnel d’épanouissement. Ces démarches nécessitent la vérification de quelques points importants avant d’être mises en œuvre. Il s’agit notamment de savoir précisément d’où l’on part avant toute exploration ultérieure des objectifs souhaités.
Ce point de départ se nomme « état présent », et le point d’arrivée « état désiré ». Ces états sont des moments de l’expérience subjective qui se composent par addition d'états internes, de processus internes, de comportements extérieurs caractérisant la perception qu'a la personne de sa propre expérience. Les croyances, les représentations, les stratégies mentales, les méta programmes et les émotions participent à l’état présent comme à l’état désiré.

Si nous admettons que les états internes (ce que je ressens), les processus internes (comment j'organise ma pensée) et les comportements (comment je m'exprime et j'agis) sont interdépendants les uns des autres, alors le moindre changement de l’un se répercute automatiquement sur les autres.

Bien connaître l’état présent  permet de mieux répondre aux questions suivantes :
  • Qu'est ce que je ne veux plus ?
  • Qu’est-ce que je veux à la place ?
L’état désiré sera la réponse à «qu’est-ce que je veux à la place». Aujourd'hui, maintenant... tout cela reste contextualisé. Un état désiré peut donc être la conséquence d’un objectif, mais un état désiré peut aussi être un objectif à lui seul.

Alors, est-ce que ça prend vraiment du courage pour changer ?
Oui et non...
En changeant le cadre dans lequel nous évoluons, nous changeons notre expérience.

Isabelle Pitre Coach de vie
 


Réflexion du jour

SUIS-JE À MA PLACE ?

Les gens ont parfois beaucoup de difficulté à déterminer exactement ce qu'est leur place. Nous entendons souvent des phrases comme: "Comment puis-je savoir si je suis à ma place ?" ou "Je ne sais pas si ce que je fais ...est bon". Les doutes occupent alors une partie de leur esprit.

Une des façons d'arriver à retrouver le fil conducteur de la vie est de vous rappeler un moment précis de votre vie où vous avez connu une grande satisfaction. Quelle a été l'expérience ? Comment l'avez-vous vécu ce moment ? Qu'est-ce qui était satisfaisant et qu'avez-vous ressenti exactement lors de cette grande satisfaction ?

Ces sentiments de satisfaction et de joie ressentis pendant ce moment sont une façon de communiquer que «la vie» utilise pour vous faire savoir que vous êtes sur la bonne voie, en lien avec ce pourquoi vous avez été conçu.

Lorsque vous vivez des moments de doute ET d'ennui, peu importe la sphère de votre vie qui est le plus affectée, c'est aussi une façon de communiquer que «la vie» utilise pour vous faire savoir que vous êtes cette fois-ci «dans le champ»... vous allez dans la mauvaise direction. Reprenez-vous... Réévaluez vos besoins... car...

Lorsque vous êtes à votre place et que vous poursuivez sur la route de vos passions, les opportunités ne peuvent pas s'empêcher de se présenter à vous comme des fruits mûrs. Les gens et les outils semblent vous trouver avec facilité. Vos réussites se succèdent les unes à la suite des autres dans un mouvement continue.

S'arrêter... condition première de la guérison


«C'est une chose merveilleuse que de s'arrêter. En s'arrêtant, le calme devient possible, la paix devient possible et avec elle la guérison».
S'arrêter veut dire: prendre une bonne respiration et aussi, expirer de manière à cesser totalement la course qu'il y a dans l'esprit ou dans le corps. Car lorsqu'on ne court pas au sens propre, on le fait au sens figuré... et comme ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut, c'est partout finalement que se manifeste cette frénésie. Tant que nous continuons de courir après quelque chose ou pour échapper à quelque chose, la course continue. S'arrêter, être calme, en paix, est la condition première de la guérison. C'est à partir de là qu'on commence à se sentir apaisé et reposé.
Grâce à cet acte volontaire, nous pouvons pratiquer notre vision intérieure et même regarder plus profondément. S'attarder à voir la véritable nature de la maladie, le sens caché de la douleur qui n'est là au fond de nous que pour être reconnu. Regarder devient plus facile une fois qu'on s'est arrêter, et avec cette vue profonde s'installe le sens et la compréhension. Nous avons vu, reconnu, accueilli, accepté ce qui est; sans juger du pourquoi et du comment, sans prétendre tout savoir, sans justifier ou argumenter et dans l'absence de temps, là... maintenant.
Nous survivons aux douleurs. Nous traversons la souffrance. Nous en supportons l'intensité et la durée parce que notre conscience SAIT comment survivre. Alors, donnons-lui la chance de se manifester.

Savoir communiquer son amour

L'amour doit être communicatif



Tous les parents aiment leurs enfants à leur manière, et tous les couples s'aiment d'une certaine façon.


Alors malgré ce constat, pourquoi tant d’enfants se sentent-ils rejetés ? Pourquoi tant d'hommes et de femmes ne se sentent-ils pas aimés même en étant en couple ?

Parce que « ressentir » de l’amour envers quelqu'un n’est qu’une facette de ce qu'est l'amour. Savoir que nous aimons nos enfants, notre conjoint(e) n'est pas suffisant, nous avons besoin aussi de communiquer cet amour-là pour que le message soit bien reçu. Beaucoup d’enfants ne feront qu’entendre la colère ou les critiques de leurs parents durant toute leur enfance, et par conséquent percevrons
le mauvais message.

Pour communiquer l'amour, vous devez montrer que vous prenez le temps pour l'autre, pour l'écouter et le comprendre dans ce qu'il vit, prendre le temps d'apprécier sa personnalité, d'observer ce qu'il est et de ressentir le plaisir de le recevoir dans son essence. Montrez-lui qu'il a une place dans votre vie. Dites-lui avec des mots bienveillants, encourageants. Soyez intéressé. Attardez-vous à ce que ce qu'il fait de bien et arrêtez de focaliser sur les défauts, sur ce qui n'a pas fait, ou sur ce qu'il n'est pas. 


Forcez-vous au début à lui montrer que vous l'appréciez... votre enfant, votre amoureux(se), jusqu'à ce que cette façon d'exprimer l'amour devienne pour vous plus naturelle.

 

Il existe bien des mots pour le dire dont voici quelques phrases simples et bien pratiques :
- "J’aime ce que tu as dit."
- "Je suis heureux que tu sois là."
- "Tu l’as fait parfaitement."

Mais ne confondez pas le compliment et le flatterie (c’est-à-dire un compliment non sincère). Car la flatterie trompe, et profondément nous le savons. Assurez-vous de vous exprimer honnêtement. Tout cela dans une appréciation qui émane de votre cœur, sans aucune arrière pensée, et libre de toute attente. 
 
On récolte ce que l'on sème...
 
Isabelle Pitre Coach de vie :)

RECEVOIR















Recevoir...
Comment un simple mot peut-il provoquer tant de controverse.
A-t-on oublié de nous montrer ce qu'est la vraie signification du verbe recevoir ?
Recevoir mes amis(es), est pourtant une si belle façon de se donner à l’autre; alors pourquoi éprouvons-nous tant de culpabilité?

Lorsque nous recevons, nous accueillons l’autre dans notre espace à nous. Et pour bien le faire, nous aurons d’abord et avant tout, pris le temps de préparer la place. Nous aurons créé de l’espace pour lui permettre de bien respirer. Nous aurons changé certains objets d’endroit afin que cette personne puisse se déplacer et se sentir chez elle. Nous aurons nettoyé l'endroit…notre espace intérieur, par respect pour notre invité, lui offrant ainsi la chance de rester lui-même et de nous montrer peu à peu ses vraies couleurs. Puis nous aurons ouvert notre coeur, sans savoir, et sans attendre.

Quand nous désirons plus que tout faire cette place… nous sommes souvent devant l’éventualité qu’il nous faut peut être donner pour en arriver là! Se débarrasser du vieux pour faire place au nouveau. Donner pour recevoir alors que nous ne savons pas si ce que nous recevrons correspondra à nos attentes. En aurons-nous plus ? En aurons-nous moins ?

Donner devient souvent ce devoir qu’il nous incombe de faire pour ouvrir la voie à la nouveauté, à la vie. Mais nous sommes tellement attaché aux choses que nous avons l'impression de perdre plutôt que de s'enrichir. Ce que nous croyons posséder nous retient dans un espace temps où la vie ne circule déjà plus. Nous créons la perte lorsque nous croyons perdre et nous créons le manque lorsque nous croyons ne pas en avoir suffisamment.

Voyager plus léger...
L'action de recevoir nous propose donc une intention charitable et en même temps, une cession, un total lâcher-prise. L'inverse quant à lui, se traduit par un état d'être bien égoïste, non-réceptif, qui nous isole par en dedans.

Cet ami qui viendra nous visiter, se sentira à sa place si nous avons pris le soin de tout vider… de se vider soi-même pour l’accueillir entièrement, comme nous aimons être accueillit à notre tour. Puis, profitons des beautés qu’il a à nous offrir en restant ouvert et réceptif à ce qu’il est. Nous n’avons pas à tout aimer, ni à tout accepter de l'autre, mais prenons le temps de le reconnaître comme nous aimons être reconnu nous aussi pour ce que nous sommes.

«Reçoit comme tu désires être reçu lorsque c’est toi qui se donne».


Isabelle Pitre Coach de vie professionnelle 

L'amour, un retour à soi


Grand public, Corporatif, Association, Organisme OSBL

Il faut aimer les choses pour les avoir à soi...
                                                                                        
Aimer les choses si l’on veut qu’elles restent près de soi.                                                                     
S’aimer soi-même d’abord très fort pour se donner la permission de s’ouvrir à la vie.

L'amour, un retour à soi

Cette conférence vient faire un peu de lumière sur les difficultés rencontrées dans les relations amoureuses. Que ce soit pour les couples qui sont déjà en relation, ou pour les célibataires en recherche de l’âme sœur, chacun y trouvera ses propres réponses.

«Nous avons beaucoup d’attentes les uns envers les autres, et ces attentes nous éloignent de nos désirs profonds puisque pour la plupart, elles ne sont pas exprimées. À la limite, quelques-uns d’entre nous connaissent ce qu’ils attendent vraiment de l’amour, mais peu d’entre nous savons que l’amour est là déjà.»

 Les idées suivantes seront abordées lors de cette conférence 

·         Que sont les sentiments que nous entretenons réellement envers les êtres, les choses?

·         L’amour comme un principe de motivation

·         L’amour existe partout, c’est nous qui avons appris à nous en séparer

·         Se sentir autonome face à l’amour

        «L’amour ne transite pas d’un endroit à un autre...        
Ni d’une personne à l’autre avec une impression de début et de fin, non.
L’amour est illimité, omniprésent, c’est tout de suite et tout le temps !!»
 
Vous aimeriez recevoir Isabelle dans votre groupe?
Les conférences interactives ont une durée de 90 minutes.
Contactez-nous pour de plus amples informations ou pour réservation.
514 945-2156

 

Vivre les fêtes de Noël cette année sans se chicaner !!


NOEL SANS LES CHICANES ... 
EST-CE POSSIBLE ?

Pour plusieurs d'entre nous, les préparatifs du temps des fêtes et les retrouvailles en famille sont déjà source de stress et d'angoisse.  On nous attends en grande pompe le 24 et le 31 pour les réunions de Noël ou du jour de l’An sachant toutefois que ces moments supposément féériques tourneront probablement au vinaigre. Comme pour les années passées, les vacances débutent vraiment le jour où nous retournons à la maison. Alors dites-moi, comment savoir si on ne devrait pas passer son tour pour les célébrations en famille?

Quand les réunions familiales du temps des Fêtes sont synonymes de stress et de lourdeur, ne devrait-on pas tout simplement cesser d’y participer ? On dit que cette période de célébration représente un temps propice pour les remises en question. Donc, quand les anciens paramètres ne tiennent plus la route, il faut songer à en créer de nouveaux. Comment nous voulons vivre Noël ?
Pourquoi se créer une obligation juste parce que ce sont des dates arrêtées dans le temps, des rituels aujourd'hui voués à la consommation qui ont perdus leur véritable sens. Dans cette optique, posez-vous la question suivante et demandez-vous comment « moi » je veux vivre cette période de Noël ? Qu'est-ce qui fait du sens pour moi ?

Pour s’aider dans notre décision, rapportons-nous aux expériences passées, et plus particulièrement lorsqu’il est question de conflits non réglés, de non-dits. Faire un bilan de ce que l'on a vécu, ressenti, exprimé, puis résumer notre expérience en un mot. Il est important également d’écouter ses impressions, son intuition, son guide intérieur pour évaluer objectivement la situation. Et si notre évaluation nous indique que le meilleur choix reste d'y aller même si on n’en a pas envie, on y va ! Ce n'est que partie remise. On n’est pas prêt à apporter un changement; pas maintenant en tout cas et c'est o.k.

Apprenons à mieux nous définir, à clarifier nos besoins, à ne pas se créer d’obligations qui ne nous ressemblent pas. Apprenons à faire de meilleurs choix, à vivre plus intensément chaque moment de la vie selon ce qui nous anime. Décidons de vivre Noël autrement juste en exprimant qui ont est profondément.

Un bon conseil : La règle d'or pour un Noël sans chicane est d’éviter de consommer trop d’alcool. :)

DEVENEZ COACH DE VIE


COACH DE VIE PROFESSIONNEL CERTIFIÉ ?
Si je l'ai fait, vous aussi pouvez le faire !

La formation à distance, c’est la meilleure façon d'apprendre...
À votre rythme, obtenez une certification reconnue en coaching professionnel dans le confort de votre foyer.

Où que vous soyez, vous pouvez maintenant suivre votre formation de coach à l’aide d’un parcours pédagogique spécialement conçu pour vous, un parcours qui respecte tous vos rythmes de vies.
En vacance, au travail, près de la piscine, ou en voyage, vous pouvez démarrer votre formation en tout temps…
 
Nous sommes présentement en PROMOTION pour la portion du Praticien

... Et le principe est simple

Vous suivez la formation de coach professionnel grâce à une série de fascicules spécialement conçus pour l’enseignement à distance.

http://accompagnementquebec.blogspot.ca

Alternant des fascicules, capsules vidéo, démonstrations audio, questionnaires et exercices, ce parcours vous permet de bénéficier de tous les avantages d’une formation professionnelle de haut niveau, à votre rythme, tout en profitant d’un enseignement reconnu par les divers paliers gouvernementaux et les principales associations qui représentent la profession.

N’attendez plus...
La formation de Coach certifié est maintenant à votre portée où que vous soyez !
Pour plus d’informations, suivez le lien du Centre


Les polarités conflictuelles


Réintégrer la vie en soi     

Au cours d’un processus de changement, rare sont les fois où une personne n’en arrive pas à devoir faire face à ses parties d’ombres. Dans la majeure partie des cas, il s’agit de conflits internes qui s’expriment de la même façon que les conflits avec lesquels nous avons à négocier dans la vie courante. Ce sont des rôles qui se jouent en nous au niveau de l’inconscient, rôle que nous pourrions catégoriser pour mieux les comprendre, par les archétypes mis de l’avant dans l’analyse transactionnelle.
Il est question du parent critique par exemple, de l’enfant intérieur, de la partie médiatrice, de la partie créatrice ou de quelles qu’autres polarités (féminine ou masculine), qui ne sont pas nous mais qui sont tout de même des éléments qui composent notre persona. D’ailleurs, ces éléments régissent notre vie bien inconsciemment, et c’est à nous d’en prendre conscience par l’entremise des conflits externes que nous avons tendance à rejeter. Il faut comprendre que ce que nous réalisons chez les autres qui nous incommode, ne sont en fait que des projections de notre espace interne.  
Or, ces polarités conflictuelles ont pour la plupart une bonne raison d’être. Même si le plus souvent nous désirons nous en débarrasser, comprenons qu’il s’agit là d’un non-sens puisque nous rejetons le bébé dans l’eau du bain. Nous rejetons le négatif, et en même temps, nos propres solutions.
 
Extrait : La qualité d'être 1ère partie

Quelle direction prendre ?


Les cycles de la vie

Plusieurs périodes de la vie nous amènent à faire le point sur nos motivations profondes. Ce sont les cycles normaux de la vie. Vous savez, il s’agit plus particulièrement d’étapes par lesquelles nous devons passer comme on le fait une journée d’examen.

 

Ce n’est certes pas sans heurts que nous franchissons ces épreuves pour certains, ni sans stress ou tension superflue pour d’autres, mais nous arrivons généralement à circuler au travers ce passage. 

Trop souvent toutefois, en y laissant notre peau. Souvenons-nous que pour parachever nos apprentissages à l’école de la vie, pour valider notre droit d’évolution, il nous faut aller de l’avant...